Bilan de début de voyage

Les vacances de la Toussaint approchent ; ça fait maintenant un mois et demi que j’ai commencé ce voyage. Je vais plutôt bien, je n’ai toujours pas été assassinée par un psychopathe en stop et j’écris cet article depuis un transat posé dans un coin de jardin ensoleillé de Bretagne :

Sans titre 3

Dans ce projet, je crois que ce sont autant les découvertes pédagogiques que l’esprit d’aventure du voyage qui m’enthousiasment. Soyons clairs : je fais du stop et du Couchsurfing (chez des inconnus ou chez des enseignants) parce que je n’ai ni le permis (j’aime bien répéter « J’ai mon permis de stop » mais ça ne convainc personne) ni le budget qui me permettraient de faire autrement. Il n’empêche que c’est ce qui me plaît dans cette histoire. Si je faisais la route toute seule dans ma voiture pour me rendre dans les écoles en dormant à l’hôtel le soir, je perdrais tout le côté grisant des rencontres spontanées et je m’ennuierais probablement. Ce serait une tout autre expérience.

Il s’est donc passé un mois et demi depuis que je suis partie et que j’ai découvert le statut social de vagabonde. Pas très longtemps donc, et je ne suis allée que dans deux pays pour le moment. Pourtant, le voyage apporte tellement de bouleversements que ça me semble une éternité.

D’une part, je m’imprègne de mes rencontres : ma réflexion sur l’école et l’éducation évolue. Je relis en ce moment les livres de Bernard Collot avec la même ferveur que j’avais à 10 ans en lisant les Harry Potter. Je publie peu mais j’écris beaucoup : certains questionnements m’obsèdent et mes réponses changent à peu près tous les jours. D’autre part, en optant pour ce mode de voyage, je me retrouve sans arrêt en train de zigzaguer entre des univers, des personnalités et des façons de penser très éloignés. Et tout va très vite. Le passage d’un quotidien à un autre sans transition est parfois désarçonnant mais convient tout à fait à la phobique de la routine que je suis. J’enchaîne les environnements : de la banlieue ghettoïsée à la petite ville résidentielle, de la métropole bondée à la campagne profonde ; les décors passent mais ne se ressemblent pas. Durant ce court laps de temps, j’ai été hébergée par dix personnes différentes et j’ai dû être prise en stop une bonne cinquantaine de fois. Je ressens une certaine euphorie liée à la spontanéité de ces rencontres parfois improbables. Je dépends des gens qui me conduisent d’un endroit à un autre et qui m’accueillent, mais finalement l’intérêt va bien au-delà de ça.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Dans ce quotidien intense et changeant, il est parfois difficile de se poser pour se rendre compte de ce qu’on vit. Alors je me lance dans un petit bilan de début de voyage. C’est l’occasion : mon blog vient de dépasser les 1000 visiteurs (venant de 33 pays différents selon WordPress, je suis un peu perplexe : qui sont tous ces gens que je ne connais pas ?).

Au cours de ces quelques semaines :

Sans titre 22

Quelques galères aussi évidemment, sinon ça ne serait pas drôle :

¤ Monter dans une voiture où le conducteur tombe en panne d’essence sur l’autoroute et n’a aucune assurance.

¤ Me retrouver à faire du stop la nuit car le précédent conducteur, un Hollandais sous le charme des paysages français, a décidé de passer par chaque petit village du coin et donc de faire Paris-Orléans en quatre heures.

¤ Voir mon portable s’éteindre et ne plus jamais se rallumer sur une aire d’autoroute entre Bruxelles et Lille sans avoir ni l’adresse ni le numéro de la personne chez qui je me rends.

… et quelques autres.

carré blanc

En bref, je suis plutôt heureuse à l’issue de ce premier bilan. J’apprécie la liberté rendue possible par ce voyage, et je n’ai jamais eu aussi peu de difficultés à me lever le matin…

Prochaines aventures : en route pour l’Angleterre.

A très bientôt !

carré blanc

« Un des grands malheurs de la vie moderne, c’est le manque d’imprévu, l’absence d’aventures. »

Théophile Gautier

4 réflexions sur “Bilan de début de voyage

  1. thierrymadillo dit :

    Bravo,
    Belle aventure!
    Bon, je me dis que je n’ai plus l ‘age pour le stop … quoique!

    Continue de nous décrire ces rencontres.
    Cà vaudrait un film .. prends des tas de photos et vidéo.

    Sinon, oui les récits et aventures de Thierry Pardo (que j’ai eu le plaisir de rencontrer et d’écouter) sont de bels exemples : « La fuite libertaire …. »

    Au plaisir de te lire,
    Thierry

    J'aime

  2. MaDaunes dit :

    Passionnée par l’education positive et bienveillante, je suis vos aventures depuis le Brésil, continuez ainsi: je dévore votre blog!! 😉

    J'aime

  3. Frederic Soussin dit :

    Je suis très séduit par votre façon d’aborder ce grand sujet. Cette approche globale, ouverte et positive devrait vous permettre d’aller de découverte en découverte et nous aurons le plaisir de découvrir tout ceci avec vous. Bon courage et beau voyage .
    Amitiés

    J'aime

Répondre à MaDaunes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s